ADIEU… GEORGES FLOYD ou le symbole ravivé de l’histoire douloureuse. Par Linguère Fatou Fall

ADIEU… GEORGES FLOYD ou le symbole ravivé de l’histoire douloureuse.
Depuis le discours du Memorial Lincoln au 28 octobre 1963, le « I HAVE A DREAM » de M. L.KING, les États-unis n’ont connu telle ferveur pour la cause du Noir…en terme de libertés et de droits.
Une histoire ségrégationniste aux critères discriminatoires et injustes. Des instants épiques atroces, des pertes de vie et de patrie arbitraires… tout comme celle de G. Floyd mort pour rien… ou pour la stupidité d’un policier blanc raciste. Gratuitement…
Des exactions qui remettent en selle la lutte raciale et celle de toutes les inégalités actuelles.
De cette condition de bêtes de somme et de bêtes de trait, les chairs à canon se sont substituées et rien a véritablement changé… une lecture transversale à y faire.
L’esclavagisme ou la traite négrière, un commerce racialiste instauré par le blanc… plus de 300 ans de souffrances et d’humiliations. Ce sont 4 millions de noirs qui ont vécu cet abominable système de concept moral et économique… et l’esprit de suprématie est toujours ambiant.
Dès 1861, sous A.Lincoln le père de l’Habeas corpus, la guerre de Sécession éclate et induit des flux migratoires du Sud vers le Nord, le basculement de tout un principe d’hégémonie.
Le 18 décembre 1865 marque l’abolition de l’esclavagisme ratifiée par le 13e amendement de la constitution des États-unis. Pour le motif de l’union des États-unis. C’est la remise en cause des intérêts d’un ordre établi.
Et pourtant, 155 ans après, les oppressions demeurent et le peuple noir des USA est encore sous le coup de la domination raciale, bien entendu à des exceptions comme à toute règle.
Et encore 155 ans plus tard, nous sommes à terre, genou à terre pour protester contre ces abjections et restituer le fait de cette violence policière qui a provoqué la mort du noir américain… mais aussi celle de tous ses semblables victimes de pratiques abusives, meurtrières et préméditées.
Ce jour à Houston sera inhumé G.Floyd et le monde n’en finit de s’émouvoir. Des rassemblements, des jours durant, ont eu lieu dans la plupart des pays que compte le globe.
Ces bavures policières là-bas et ailleurs où les minorités sont persécutées pour des valeurs inhumaines qui sont la démonstration d’une ignorance et d’une animalité parfois plus élevée chez certains hommes.
Et au nom de la paix, de la justice, la sommation est de mise et aussi forte qu’elle puisse être pour dire « plus jamais ça ». Certains maires ont déjà annoncé des réformes de la police municipale différente de la police nationale. La sécurité publique doit être un service impartial où tous les individus sont égaux face à leur délit. Le respect, la dignité, l’égard des valeurs simples… morales.
Une Amérique puritaine… se considérant comme « le peuple élu de Dieu ».
Une Amérique dont le fondamentalisme se veut sur la croyance du bien et du mal… des concepts moraux refuges de leur esprit de domination, la conviction de la notion d’une race supérieure. Des organisations suprémacistes, ces Klans à l’idéologie xénophobe dont le principal objectif est l’abolition des droits civiques des afro-américains. Des groupuscules d’extrême droite coexistent avec un mode opératoire immonde et qui ont infiltré toutes les sphères du pays.
Une croyance éhontée dont l’exercice a atteint son paroxysme. Un ras le bol crié par toute l’humanité, là où les minorités sont opprimées, dévalorisées au nom de la haine. Une alerte et un signal légitime…
Il faut entendre, comprendre, agir et changer… s’armer d’éthique. Egalité et reconnaissance, juste cela pour un monde supportable et équitable. Rien d’autre !
Aujourdhui le blacklivesmatter est devenu l’un des hashtags les plus relayés sur les réseaux sociaux… un slogan universel.
Une revendication dont la source est née de certains hommes blanc et portée par certains hommes blancs aujourdhui et partout. La tolérance nest pas à implorer car nous sommes tous égaux devant le Créateur de l’humanité.
Aussi, malheureusement, le monde est en ébullition, la ségrégation n’est pas que raciale, d’autres normes discriminatoires et indignées rompant l’égalité des citoyens existent… ces formes dans leur globalité sont à combattre.
Ce sont également des reflets à nuances à revoir partout où nécessaires.
L’Afrique y compte avec les tueries tribales, les exactions ethniques et tous les autres fléaux.
Sur le continent, l’Apartheid en est une figure… les massacres de Shaperville… Soweto etc.
Intifada… pour les autres opprimés non moins colorés.
« I can breathe »… dou fofou rek !
Oui… nous comptons !
La lutte continue.

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte
L’image contient peut-être : 2 personnes, plein air
L’image contient peut-être : une personne ou plus et gros plan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *